FORUM OBARCEMA / ARTEX 2009

RAPPORT DU FORUM OBARCEMA/ARTEX 2009

RAPPORT DU FORUM OBARCEMA/ARTEX

Du 24 Novembre 2009

Cérémonie d’ouverture

La cérémonie d’ouverture du tout premier forum d’OBARCEMA/ARTEX a eu lieu le 24 novembre 2009 à 15h au centre culturel camerounais à Bonanjo sous le thème « rôle des objets d’art ancien dans les cérémonies et place de l’artisanat du textile au Cameroun ».

Une cérémonie présidée par le représentant du Gouverneur en la personne de Mr ELONGO Joseph, conseiller économique et avec la présence des délégués régionaux du Ministère de la culture Mr Robert BENDEGUE, du MPEESA Mr ENNUMEDI Gabriel Alexie et de son délégué départemental Mr BIPOUPOUTH Joseph, de la représentante du délégué régionale du Ministère du tourisme Mme MBOUZANG Marie, du patriarche Mbouck, des artisans, de certains organismes d’encadrement  des artisans et de divers invités.

Conférence

Une conférence présidée par la styliste-modéliste NGO NGOCK MATIP Irène avec comme panéliste :

  • Mme MADINKO Véronique : Enseignante en textile et tisserande de tapis
  • M  ABDEL Goffar : Guide touristique et vendeur d’objets d’art ancien
  • Mme KENNE Esther : Brodeuse et sérigraphe
  • M NKWEI Samuel : coordinateur et membre du comité d’organisation du forum.

But

Cet atelier avait pour objectif de présenter l’art ancien et le textile camerounais, de montrer importance dans les cérémonies, et de trouver des mécanismes qui permettront de :

  1. Encourager les politiques et stratégies visant une bonne connaissance  de l’art ancien des jeunes générations camerounaises et son adaptation aux temps modernes.
  2. Mettre sur pieds une plate-forme de dialogue pour le transfert des compétences et des technologies artisanales afin de renforcer les capacités des acteurs de ce domaine économique.
  3. Focaliser l’attention et susciter l’engagement des participants sur les projets qui testeront les modèles envisagés par le forum.
  4. Inviter les industries de textile du pays à informer les artisans sur le processus de fabrication des tissus et pagnes camerounais.
  5. Encourager les établissements scolaires à organiser les visites des centres culturels, musées d’art anciens, marchés  d’art, des industries de textile  camerounais (les après-midis de mercredi) pour les élèves.
  6. Instaurer les cours de vacances d’art ancien camerounais en faisant appel aux bénévoles.
  7. Inviter les stylistes à créer des gammes de modes camerounaises pour la jeune population (collection made  in cameroon car d’autres pays sont intéressés par la mode camerounaise) à l’exemple du Kaba  Ngondo au Littoral, du Kaba Kouk au Centre, du Kaba nèm nyou au Sud en coton et autres.
  8. Inviter  l’entreprise CICAM, SOCAFTEC et les pouvoirs administratifs compétents à être partenaires avec les vendeuses d’habits pagnes au marché des femmes (marché central de Douala), les commerçants aux frontières, les Hommes d’affaires de la diaspora  afin de rivaliser les tissus pagnes venus de l’étranger et d’améliorer  la commercialisation de nos pagnes et d’inverser la balance commerciale en notre faveur, et promouvoir les créations camerounaises dans le monde (à l’instar de la robe SICSA présentée au public par la styliste- modéliste MATIRENG pendant le forum).
  9. Inciter une habitude chez les camerounais à porter et à décorer camerounais lors des cérémonies de mariage et même dans le processus de dote ou fiançailles.
  10. Revaloriser notre cuisine et consommer bien « du chez nous » et à moindre coût.
  11. Montrer l’importance des représentations des masques et badigeonnages des corps humains lors de festivités diverses.
  12. Insister sur l’importance et la valeur de la sérigraphie, la couture.

Présentation

ABDEL GOFFAR:

Il a présenté les masques qui servaient de passeport et d’identité selon les régions et les ethnies, des caches sexes, les masques de plus bel homme et belle femme lors des cérémonies de mariage, des parures de guerre et d’esclaves, des bracelets pour les reines dans le passé, des objets pour conserver les cacahouètes, des objets utilisés lors des semences pour le grenier, les calebasses et les pots qui servaient à conserver de l’eau à boire et qui servent juste de décoration aujourd’hui dans certaines domiciles.

MADINKO Véronique:

Elle a parlé des différents métiers rencontrés dans le domaine du textile, de la teinture et des recherches à mener sur les plantes dans nos brousses produisant des teintes camerounaises (comme nous rencontrons le bogolan et l’indigo au Mali). Elle nous a édifié sur le tissage des tapis, et a exhorté les autorités à la soutenir financièrement pour la formation des jeunes (filles et garçons) demeurant dans les quartiers du secteur de Bassa.

KENNE Esther:

Elle nous a parlé de l’importance de la broderie à la main et du tricotage, des activités qui faisaient vivre nombres de ménages.

MATIRENG:

Elle nous a parlé des feuilles d’ananas, dont les fibres servaient à concevoir des caches sexes  et de l’écorce de l’arbre « MBOM » ; de ses recherches pour la transformation des feuilles d’Ebène afin de trouver une teinture d’origine camerounaise comme aux temps anciens ; des pagnes brodés qui témoignaient du sérieux accordé au cérémonial de mariage ; de l’égarement de certains de nos mets traditionnels méconnus des enfants et des techniques de cuisine au soleil levant ; une présentation très riche basée sur les expériences concrètes et de la maitrise de l’utilisation de chaque objet ancien présenté.

Attentes

Du gouvernement

Le gouvernement doit donner l’occasion, l’autorisation au projet OBARCEMA de faire des expositions d’objets d’art ancien de 4 à 5 jours dans les lieux et évènements culturels, les journées de sensibilisation dans les établissements lors de la fête de la jeunesse. Les autorités doivent mettre sur pieds une politique favorisant le transfert des connaissances et compétences entre les âgés et la jeunesse par l’organisation des camps de vacances dans des villages, des excursions sur les sites historiques sous l’éclairage des historiens. La mobilisation des volontaires et l’organisation des cours d’apprentissage des métiers de l’artisanat dans les métropoles comme dans les campagnes pendant les vacances (inscription pendant  le troisième trimestre des élèves désireux de suivre des formations spécifiques en artisanat dans leurs établissement sous la coordination des services du gouverneur). L’encadrement et le logement des formateurs venus des lieux reculés et des enfants n’ayant pas suffisamment de moyens pour suivre la formation. Le soutien financier au groupe OBARCEMA pour l’organisation et le bon déroulement des formations. Mise sur pieds d’un comité de suivi pour l’organisation du Forum, tous les 2 ans.

Clôture

Mots de clôture des délégués du Ministère de la Culture, du MPEESA puis collation.

Remerciements

  • Ministère de la culture

  • Ets TONGMAM NGUIDJOI

  • A2D (Agence de Développement de Douala)

  • CICAM

  • SOCAFTEC

  • BRASSERIES DU CAMEROUN

  • CENTRE CULTUREL CAMEROUNAIS

  • SETB Sarl (Société d’études de travaux en bâtiments)

  • BURIT (Bureau International de Transit)

  • CRTV

  • Canal2 international

  • DBS TV

  • CAMEROON TRIBUNE (Nyanga)

  • PRESCO/CFPH (Centre de Formation des Prestation en Hôtellerie

Rapporteur:

TJOCK Sylvain moise

One Response

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *